Le covoiturage pour favoriser le retour à l’emploi ?

Partager cet article

Peut-être vous-êtes vous déjà retrouvé dans une situation où vous ne pouviez pas vous rendre quelque part par manque de solution de mobilité ?
Eh bien sachez que vous n’êtes pas seul.e !
En France, près de 7 millions de personnes peinent à se déplacer soit 20% de la population active.
“Une personne en insertion sur deux déclare avoir déjà refusé un travail ou une formation pour des problèmes de mobilité” déclare le gouvernement.

Alors, c’est un fait ! La mobilité est massivement un frein à l’insertion professionnelle

Dans de nombreuses zones rurales ou d’anciens secteurs industriels l’accès à la mobilité constitue un frein majeur à l’emploi.
Les raisons sont multiples : difficultés financières, absence de véhicules, failles dans les réseaux de transports en commun bien souvent rares voire inexistants sur ces territoires.
Qu’il s’agisse de se rendre au travail, à l’école ou toutes autres activités professionnelles ou personnelles, les populations les plus concernées sont les suivantes :

– Les usagers de transports en commun
– Les personnes les plus fragiles financièrement (51% des personnes vivant dans un foyer avec moins de 1000 euros par mois)
– Les 18-24 ans

Mais c’est un constat qui s’applique dans les deux sens car nombreuses sont les entreprises notamment dans l’industrie qui peinent à recruter car souvent situées en zone excentrée. Ou dans un bassin d’emploi tellement dynamique qu’il faut aller chercher plus loin la main d’oeuvre nécessaire.

Et… Comment inverser la tendance ?

Fort heureusement il existe des solutions mais elles sont bien souvent trop méconnues !
On note un réel manque d’informations sur les solutions de mobilité qui existent afin de pallier cette problématique.
Tout d’abord, le Gouvernement met en œuvre différentes mesures comme :

– La mise en place de lieux d’accueil et d’accompagnement pour informer, orienter et accompagner les personnes vers les solutions adéquates et renforcer les moyens de Pôle emploi et des Conseils départementaux pour financer cet accompagnement.
– L’investissement dans la mobilité solidaire pour renforcer des solutions de location et réparation de voitures ou de deux-roues à prix accessibles, d’auto-partage et de mise à disposition de véhicules, de formation et d’accompagnement.
– La création de “micro-crédit mobilité” pour financer l’acquisition d’une voiture ou d’un deux roues, son permis de conduire ou son assurance automobile, en complément des autres aides disponibles pour les demandeurs d’emploi.

**Mais pas seulement… ** En répondant à toutes les problématiques (économiques, sociales, environnementales, etc..) le covoiturage domicile-travail s’inscrit bien évidemment comme la solution de mobilité solidaire viable et indispensable afin d’inverser la tendance et faire ainsi de la mobilité un réel vecteur de retour à l’emploi.
Et pour cause, partager son véhicule quotidiennement permet de rendre accessible les zones d’activités excentrées et peu desservies par les transports en commun, le tout en luttant contre les inégalités sociales.
Alors, le temps d’un trajet, chaque employé se retrouve d’égal à égal.
De plus, au vu du contexte économique, covoiturer aide à contrer l’inflation que ce soit pour le conducteur ou le passager. Et, cerise sur le gâteau, lutter contre l’autosolisme aide considérablement à diminuer les émissions de gaz à effet de serre.
Du côté des entreprises ? Leur position géographique représenterait alors un frein moins important favorisant ainsi le recrutement

Le covoiturage quotidien est indéniablement une solution de mobilité solidaire et applicable quelque soit la zone d’habitation ou d’activité.
C’est donc, LA solution gagnant-gagnant afin d’inverser la tendance et faire de la mobilité un vecteur de retour à l’emploi !

 

Autres articles